image_author__MINERVIEWS
Par MINERVIEWS
83 articles
Partager cet article :

MINERVE OU L'INCARNATION DE LA FORCE TRANQUILLE

Vous ne vous êtes jamais demandé à quoi ou à qui faisait référence le nom de notre média ? Le premier anniversaire de MINERVIEWS est l’occasion de brosser le portrait de Minerve, déesse romaine de l’intelligence, des métiers et de la stratégie guerrière.

Tout d’abord, il est à relever que MINERVIEWS tire son nom du Programme International Minerve (PIM) proposé par l’université Lumière Lyon-II, en partenariat avec diverses universités européennes. Bien que « Minerve » soit en premier lieu un acronyme signifiant « Mobilité des Institutions d’Enseignement et de Recherche en Vue d’un Espace Educatif Européen », ce dernier n’a évidemment pas été choisi par hasard. C’est une référence à la déesse romaine Minerve (ou Minerva en latin), l’équivalent d’Athéna pour la mythologie grecque. Ainsi, la mythologie antique nous rappelle - à nous européen.nes - notre origine commune à travers un imaginaire ancestral, source de la naissance d’une civilisation européenne.

Minerve : une étrangère ?

Il est d’une question à laquelle les spécialistes de la mythologie peinent à répondre : d’où vient Minerve ? C’est le cas de l’historien et philologue Georges Dumézil qui s’interroge dans son livre La religion romaine archaïque (1966) : « Minerve est-elle proprement romaine ? On admet généralement le contraire ». Vénérée par les Étrusques entre les VIIIe et IIIe siècles avant JC, la déesse de la pensée élevée semble en effet avoir des origines antérieures à la civilisation romaine. La culture romaine antique aurait ainsi intégré cette déesse indigène, après que l’Empire romain ait supplanté l’Étrurie. Minerve serait alors un symbole de la force des croyances, transcendant les civilisations.

La sagesse au service de la guerre

La racine latine men- (de Minerve dérivé de « Menerua ») fait référence aux activités de l’esprit. L’intelligence est ainsi l’une des caractéristiques majeures de la déesse, ce qui n’a rien d’étonnant quand on sait que sa mère, la nymphe Métis, incarne elle aussi la sagesse et la ruse. Minerve est en outre associée à maintes reprises avec une chouette, allégorie de la philosophie. Son don de la pensée élevée est loué lors du premier jour des Quinquatries, fêtes romaines en l’honneur de Minerve. Selon Jean Haudry dans La Triade pensée, parole, action, dans la tradition européenne (2009), Minerve est présente dans la triade capitoline – sorte de « tripartisme mythologique » – et représente la pensée, quand son père Jupiter (Zeus, dans la mythologie grecque) incarne la parole et Junon l’action. Cette force de l’esprit est mise au service de la guerre, ou précisément au service de la tactique militaire. C’est en ce sens que les responsabilités ou que le rôle qui ont été attribués à Minerve n’empiète pas celui de Mars, dieu de la guerre et de la violence. Les quatre derniers jours des Quinquatries sont consacrés à la glorification d’éléments guerriers. Minerve est de surcroît moins belliqueuse que son homologue grecque, Athéna, chargée de protéger militairement la ville d’Athènes. Ainsi, il est intéressant de constater qu'au fil du temps le caractère guerrier de Minerve fut mis en avant, quand l’Empire romain conquit de plus en plus de territoires…    

Par Antonin Verdot