image_author__MINERVIEWS
Par MINERVIEWS
83 articles
2 janv. · 2 mn à lire
Partager cet article :

L’ANCRAGE CULTUREL DU SPORT, ÉDUQUER POUR MIEUX BRILLER ?

L’éducation sportive et l'ancrage culturel du sport dans une nation est un enjeu majeur du sport. Kevin Mayer, double champion du monde de décathlon, déclarait en 2023 : « mettez vos enfants dans un club d’athlétisme, qu’ils le regardent à la télévision, et dans vingt ans, on aura des résultats ».

L’exemple de la Suède est l’un des plus parlants : en handball, l’un des sports les plus pratiqués dans ce pays, l’équipe masculine a un palmarès considérable : quadruple championne olympique, quadruple championne du monde, et 6 fois championne d'Europe.

Pour comprendre ce résultat, il faut revenir sur l’éducation sportive et la culture du sport dans ce pays. En effet, les européens les plus sportifs sont les Suédois avec 91 % de la population qui pratique une activité sportive. Encouragée par le gouvernement avec la mise en place de nombreuses infrastructures et la création d'emplois dans ce domaine, la culture du sport est basée sur une réelle philosophie de l'entrainement. 

Le handball a ainsi profité de ces avantages : ce sport a été l’objet d’une politique de développement de solides infrastructures et d’une culture de l’excellence. De plus, la fédération suédoise de handball a investi massivement dans la formation de jeunes talents. Résultat : des joueurs de haut niveau ont été encadrés depuis des générations, avec un style et une technique reconnaissables, se distinguant des autres joueurs mondiaux.

 

Alors, comment changer l’image et les résultats de certains sports en France ?  

La France bénéfice d’un bon palmarès dans certains sports collectifs comme le football (double championne du monde chez les hommes) ou le rugby (37 fois vainqueure des Tournois des six nations pour les hommes, 6 fois vainqueure pour les femmes), des disciplines très répandues et pratiquées au niveau national. C’est loin d’être le cas pour des sports comme l'athlétisme ou le tennis. En effet, dans ces deux disciplines, on peut noter de nombreuses similitudes : de grandes difficultés d'accessibilité et de visibilité lors des grands tournois internationaux, mais surtout un problème d’infrastructures, mettant l’éducation sportive des jeunes générations à rude épreuve. 

Du côté du tennis, alors que ceux que l'on appelait les quatre mousquetaires (Jo-Wilfried Tsonga, Gilles Simon, Richard Gasquet et Gaël Monfils) arrivent à leur fin de carrière, aucun réel successeur n'a émergé. Dans une interview, Jo-Wilfried Tsonga, déjà à la retraite, a expliqué en quelques points les limites de la formation du tennis en France. Pour lui, le problème vient tout d’abord de l’organisme, la FFT, qui oblige tous les jeunes talents à s’entraîner au même endroit (à Paris), dans les mêmes conditions et sur les mêmes terrains, souvent durs, empêchant les jeunes de découvrir leurs atouts, les mettant tous « dans le même lot ». Il faudrait donner un environnement plus adéquat pour chaque joueur, plus proche de son domicile, avec des coachs privés axés sur une seule personne. Ensuite, il faudrait pour lui une meilleure transmission entre les anciens et les nouveaux joueurs. En natation, Florent Manaudou a aussi relayé ce constat négatif en déclarant : « On n’est pas du tout un pays de sport », pointant du doigt le déficit de préparation des Jeux Olympiques 2024 et le manque d'infrastructures.

Cet ensemble de déclarations des grands sportifs français pourrait permettre d’interpeller les grands organismes français de sport, mais aussi les institutions étatiques comme l'Éducation nationale, qui a récemment réduit l’enseignement sportif pour les élèves collégiens, passant de 4 à 2h hebdomadaires.

En priorisant le bien-être et l'épanouissement des jeunes et en les préparant au haut-niveau, le sport pourra s’ancrer culturellement au sein de la société française. C’est ce que les sportifs de haut-niveau essayent de nous dire. Les écoutera-t-on ?

                

Par Elisa Caba


Pour aller plus loin sur notre dossier du mois consacré au sport, consultez les articles de nos rubriques Société et Relations Internationales sur notre blog.

Suivez MINERVIEWS